Accueil > RTL > L'anémone du Japon

RTL


L'anémone du Japon


Thierry Denis nous parle de l'anémone du Japon

Pas de lien disponible pour écouter la chronique sur RTL

 

Je vous ai apporté une des fleurs préférées des français...

Une anémone. Une anémone du Japon. Il y en a dans tous les vieux jardins en cette saison.

Ces anémones fleurissent souvent dès la mi-août

et nous accompagnent jusqu’à la Toussaint. Deux mois et demi de fleurs, c’est quand même beaucoup. Regardez, la mienne a des fleurs rose vif. Presque rouges.

Avec un cœur d’or ! Elle a plus de pétales qu’une anémone du Japon ordinaire.

Une double rangée de pétales.  Elle est froufroutante. Comme les jupons des danseuses de french cancan. On devrait d’ailleurs l’appeler l’anémone du jupon et  pas du Japon. Bref, officiellement elle s’appelle ‘Margarete’.

Anémone ‘Margarete’, c’est un joli nom !

 ‘Margarete’  est charmante. Dans nos jardins, il y a plein d’autres anémones, ses cousines. Qui fleurissent parfois roses, parfois blanches, simples, doubles ou semi doubles. Toutes, comme ‘Margarete’, la froufroutante, font partie de notre patrimoine. Nos peintres les ont immortalisées.

On a l’impression de les avoir toujours connues...

Comme les iris et les pivoines. Des fleurs de jardins de grands-mères. De jardin de Curé. Et pourtant, leur histoire est singulière. Ce sont en fait des étrangères...

 

 

Autrefois, il y a bien longtemps, ces grandes anémones ne poussaient pas en Europe mais en Extrême-Orient. La Chine. Le Tibet. En pleine nature, souvent dans des clairières, en  lisière de forêts. Dans une terre riche en humus et en terreau de feuilles mortes.  Ces espèces sauvages, les chinois les ont acclimatées, dans leurs jardins, voici plus de 2000 ans... 2000 ans. Les Japonais les ont ensuite imitées. Et en cultivent chez eux depuis des siècles déjà.

Et les français ?

C’est au 19ème siècle seulement que nous les Français nous les découvront en Chine et au Japon. Ca été le coup de foudre.

Des anémones si belles, on comprend !

Dès 1850, tous les français en veulent, les duchesses comme les paysannes, les jardiniers du Midi comme du nord. Une floraison si longue, ça fait rêver... D’autant qu’une grande anémone, c’est  facile à cultiver.

Ce sont des fleurs remarquablement adaptés aux climats compliqués.

Pas de soucis en hiver, dès novembre, ces anémones dorment profondément. Leurs racines sont truffées de bourgeons, 100% hors gel. Si vigoureux qu’ils peuvent donner une plante presque adulte dans l’année...

Les sécheresses d’été ne sont pas trop génantes. Les grandes anémones profitent des pluies abondantes d’avril pour pousser le plus vite possible. Faire tout leur feuillage. Enrichir de sucre leurs racines. En été, quand l’eau vient à manquer, les anémones sont déjà prêtes. Elles ne boivent et ne mangent presque pas. Leurs fleurs n’ont plus qu’à se déplier. Un petit arrosage discret suffit pour qu’elles s’épanouissent.

Les anémones du Japon, des vrais amis des jardiniers pour septembre. Celle que j’ai apportée, ‘Margarete’, est bien jolie !

Je la découvre




Site conçu et géré avec la solution PowerBoutique