Accueil > RTL > La "Barbe bleue" des jardins

RTL


La "Barbe bleue" des jardins


Thierry Denis nous parle de la "Barbe bleue" des jardins

Pas de lien disponible pour écouter la chronique sur RTL

 

Aujourd’hui, je vais vous raconter l’histoire de... Barbe Bleue ! Ma Barbe bleue n’est pas l’homme horrible du conte de Charles Perrault qui assassinait ses femmes, les unes après les autres.  C’est juste un petit arbuste, tout ce qu’il y a de plus gentil. On l’appelle barbe bleue parce qu’il est parsemé de petites houppettes de fleurs bleues, très jolies.

Barbe bleue, ce n’est pas son vrai nom !

En latin, on l’appelle Caryopteris

Barbe bleue ou Caryopteris, ce sont deux noms bien connus des jardiniers. Ce petit arbuste d’Asie Centrale, aux fleurs bleues ébouriffées, a beaucoup de succès depuis une cinquantaine d’année. On le voit dans bien des jardins, dans toute la France. Toutes les jardineries en proposent, pour une dizaine d’euros... Il pousse vite. Un classique de chez classique.

Pourquoi alors en parler aujourd’hui ?

Parce que l’on peut être bon marché et pourtant bourré de qualité... On peut être sans prétention et pourtant merveilleux. Moi ce qui m’a frappé cette année, c’est déjà son incroyable résistance à la canicule.

Le Caryopteris a tenu le coup pendant la sécheresse de cet été .

Plus que bien. Il était déjà en fleur en août. Et toujours ravissant maintenant. Mieux, il sera encore sur son trente et un à la fin octobre. En fleurs non stop de l’été à la Toussaint. Pas mal, pour un petit arbuste commun.
Cerise sur le gâteau, le caryopteris Barbe Bleue est open bar abeilles et papillons.

Parfait pour la biodiveristé ! On le cultive plutôt au soleil. Même si j’en ai vu aussi de très beau à l’ombre la moitié de la journée. Vous le voyez, il n’est pas compliqué.

Et l’arrosage : le minimum syndical. Une année normale, la pluie du ciel suffit. Une année très sèche, on ne l’arrosera que 4 ou 5 fois, mais longtemps et doucement. C’est le secret d’un bon arrosage... Il faut prendre le temps.

Il résite au froid, dans un sol léger, pas trop humide, je n’ai jamais vu un Caryopteris s’enrhumer. Pareil pour l’engrais, il n’en a guère besoin.

Il faut quand même s’occuper un peu ! avec un peu de cruauté. A coup de sécateur, au printemps. Car cette arbuste d’un mètre de haut devient parfois fouillis. Alors, chaque année en mars, on coupe à ras les branches les plus agées et on racourcit les autres au tiers.

Sans pitié. Ce traitement de choc le stimule et il fleurit de plus belle. Un dernier bon point, son feuillage  gris-bleuté est parfumé, comme un Eucalyptus.

Vous nous faites rêver. Hélas, quand on a pas de jardin, pas question de le cultiver en pot, il est trop grand !

Eh si, bonne nouvelle, il y a une forme naine du Caryopteris, qui s’appelle Caryopteris ‘Petit Bleu’... ‘Petit Bleu’, c’est un nom charmant.
Il fait à peine 60cm de haut. Et sera tout heureux sur votre balcon.

Le caryopteris, un arbuste bleu parfumé, pas cher et bourré de qualités... A recommander à tous les jardiniers, experts ou novices...




Site conçu et géré avec la solution PowerBoutique