Accueil > RTL > La glycine, mode d’emploi

RTL


La glycine, mode d’emploi


La glycine, mode d’emploi

Thierry Denis nous parle de la glycine, mode d’emploi

Lien disponible pour écouter la chronique sur RTL


Les glycines sont ravissantes au printemps. Si on en plante une, pour mettre les chances de son côté, le secret c’est quoi ?

D’abord faire un bon choix.  Il y a 16 espèces de glycines et une ribambelle de variétés. Toutes grimpantes et parfumées. Deux sont exceptionnelles, la glycine de Chine  et celle du Japon.

Mon cœur balance entre les deux, chacune a son point fort

La japonaise à ses grappes de fleurs d’une longueur incroyable.  Jusqu’à 90cm chez la sélection appelée Macrobotrys. Vous aimez les « plantes record », plantez une glycine Macrobotrys.

L’atout de la chinoise : Ses grappes sont plus courtes mais elle a un avantage. Elle fleurit deux fois par an.  Au printemps, comme sa cousine du Japon. Et aussi en été ! Donc double plaisir.
Détail amusant, les tiges de la glycine du Japon  s’enroulent autour de leur support dans le sens des aiguilles d’une montre alors que c’est l’inverse pour la glycine de Chine.

C’est bon à savoir, pour les reconnaitre en hiver. Il y a quand même un hic avec les glycines. Certains jardiniers disent qu’ils ont attendu des années avant d’avoir, enfin, des fleurs !

Ca, c’est typique des glycines issus de semis ou de marcotte. Mieux vaut planter une glycine greffée, dont la mise à fleur est rapide. Et, pourquoi pas, l’acheter déjà en fleurs comme celles que l’on trouve en avril/mai dans les pépinières.

Pour la plantation, la bonne idée . Creuser un trou plus large que profond. Mais attention, surtout, ajoutez ni terreau, ni engrais. Les glycines n’en ont pas besoin. Leurs racines vivent en symbiose avec des bactéries qui assimilent l’azote gazeux qui circule dans la terre. Une nourriture gratuite et abondante.

Tous les sols conviennent presque. Avec une exception. Les terres où le calcaire est vraiment actif. Heureusement, c’est plus rare qu’on le croit car il y a des calcaires inoffensifs, pas méchants pour les glycines. Pour en avoir le cœur net, faites le test du vinaigre !

Versez du vinaigre blanc sur le sol. Si la terre fait des bulles, c’est du calcaire actif, donc dangereux pour les glycines. S’il n’y a pas de bulle, la glycine va adorer pousser chez vous.

C’est magique le jardinage. Et pour l’arrosage. Régulier la première saison. Mais ensuite il sera inutile, sauf sécheresse exceptionnelle. Les racines des glycines sont des opportunistes, qui vont chercher l’eau  loin dans le sol, avec la collaboration de champignons extraordinaires qui pompent la moindre trace d’humidité.

Un sacré avantage. Un dernier conseil. Une glycine, si on veut plein de fleurs, ça se taille. La première fois en été, tous les nouveaux rameaux, après la quatrième feuille, environ. Et une seconde fois en hiver, les mêmes rameaux qui ont regrossi, après le deuxième ou troisième bourgeon. Coupez aussi toutes les branches faiblardes. Vous aurez une glycine 100% fleurs. Pas envahissante.

Glycine de Chine, glycine du Japon. Et si on en plantait une de chaque ? Le prix d’un plan, c’est moins de vingt d’euro et il vit plus d’un siècle.

 




Site conçu et géré avec la solution PowerBoutique